Saint Léonard

Au mur nord du transept de la collégiale se trouve un vitrail représentant saint Léonard, le patron des prisonniers. Sans nul doute, ce vitrail évoque l’abbaye de Saint-Léonard, fondée au XIe siècle, et le faubourg qui en prit le nom. Proche de Saint-Barthélemy, ce faubourg était cependant situé au-delà des remparts de la ville de Liège et était accessible par les portes Saint-Léonard et Vivegnis.

Au XIXe siècle, ce quartier connaît un important essor économique : s’y installent des exploitations minières, une armurerie, une fonderie, des ateliers de construction métallique et de construction automobile… Les murailles sont démantelées en 1846 et, en 1850, la prison Saint-Léonard est construite au niveau de la porte du même nom. Cette prison sera détruite en 1982-1983 laissant la place à l’actuelle esplanade Saint-Léonard.

Les attributs habituels de saint Léonard sont une chaîne et des entraves ou «verrous». Bizarrement, sur le vitrail qui le représente dans la collégiale Saint-Barthélemy, il n’est pas accompagné de ses attributs distinctifs mais tient en main un bâton pastoral en tau, avec une clochette, attribut habituel de saint Antoine, et a, à ses pieds, un marteau, associé généralement à saint Éloi, patron de tous les métiers de la métallurgie et de la mécanique. Mais, saint Léonard ne patronnait-il pas également les mineurs du bassin liégeois ?

p.-3-5-Saint-Lu00E9onard