Les portes du choeur

Les portes à doubles vantaux du chœur

Hautes de plus ou moins trois mètres, ces portes témoignent de l’art incomparable des ébénistes liégeois au XVIIIe siècle. Les décorations raffinées,  de style Louis XIV, qui ornent les quatre battants sont l’œuvre d’un véritable orfèvre.

Ces portes avaient disparu il y a un quart de siècle et l’on s’était fait à l’idée qu’elles avaient dû être détruites suite à une attaque de mérule. Jusqu’à ce qu’en 2010, Albert Vandervelden, antiquaire à Liège, fondateur de ‘La Mésangère’, les identifie dans un lot de meubles qu’il avait acheté et décide de les restituer gracieusement à la collégiale.

La restauration de ces magnifiques portes, financée par l’asbl Art et Histoire – Saint-Barthélemy – Liège sera, elle aussi, marquée d’épisodes extravagants. Mais c’est finalement, le travail minutieux et talentueux de l’ébéniste-restaurateur Denis Bruyère (65, Sassor, Theux, www.denisbruyere.be) qui leur rendra leur splendeur.

Chacun des vantaux est décoré de deux panneaux superposés, bordés de gorges profondes. Au centre du panneau supérieur très allongé, un grand cartouche elliptique cerne une délicate résille à fleurettes entourée de feuilles d’acanthe et de culots exécutés avec une grande finesse. Le panneau inférieur, très court, est lisse au centre mais, tout comme le panneau supérieur, ses quatre coins sont ornés d’élégants écoinçons. Un motif symétrique élaboré à partir d’entrelacs, d’agrafes et acanthes garnit les montants et le linteau. L’équilibre des proportions et l’ordonnance du décor ont été inspirés par les canons du classicisme français.