Les grandes orgues

Les grandes orgues de la collégiale Saint-Barthélemy ont été construites entre 1849 et 1851 par le facteur d’orgues Joseph MERKLIN (1819-1905), établi à Bruxelles, en collaboration avec son beau-frère Friedrich SCHUTZE pour la partie mécanique. Elles devaient remplacer un instrument de la fin du 16e siècle, dont le beau buffet sculpté se trouve dans l’église de Quenast.

Le nouvel instrument prit place sur une tribune contre le mur ouest de l’église, au-dessus d’un vestibule aménagé dans l’avant-corps au XVIIIe siècle. À son achèvement, l’orgue comprenait 36 jeux.

Les sculptures du buffet sont l’œuvre de P. RADINO et, au point vue esthétique, l’instrument se trouve à la charnière entre l’époque classique et l’époque romantique.

Entre 1885 et 1887 Pierre SCHYVEN, qui avait repris les ateliers de Merklin, entreprit des travaux importants, au point de faire apposer une barre d’adresse à son nom au-dessus des claviers de la console. On lui doit notamment l’installation d’une machine BARKER, destinée à rendre plus léger le jeu de l’organiste lors de l’accouplement des claviers, ainsi que la  voix céleste, jeu caractéristique de l’époque romantique.

Au début de la dernière campagne de restauration de la collégiale, la volumétrie intérieure de l’avant-corps fut modifiée afin de mettre en valeur sa spatialité romane. Le vestibule fut supprimé et l’orgue fut démonté, soigneusement analysé et mis en caisses fin 1976 – début 1977. Pour pouvoir le remonter, une imposante dalle en béton fut coulée, ancrée à l’arrière dans deux pilastres de la nef et suspendue à l’avant par 2 fois 4 câbles en acier rattachés à une poutre sous la toiture.

La restauration fut confiée à la manufacture d’orgues SCHUMACHER d’Eupen, l’auteur de projet étant Luc DE VOS.

Une première phase des travaux a été exécutée durant le 1er trimestre de 2006 : pose de la soufflerie, du buffet, de la mécanique, des tuyaux de façade… Suite à des problèmes techniques, budgétaires et administratifs, la 2e phase n’a pu commencer qu’en mai 2013 pour s’achever en 2014. Le nombre de jeux a été porté de 37 à 40 (voir tableau), les tuyaux de pédale de 25 à 30 par jeu. L’harmonisation des quelque 2.500 tuyaux a été effectuée par Marc GARSOU, travail supervisé par Koos VAN DE LINDE.

L’inauguration des grandes orgues rénovées eut lieu le 19 octobre 2014.

Composition de l’orgue après sa restauration en 2013-2014

Grand orgue Récit
1. Principal 16’ 1. Bourdon 8’
2. Montre 8’ 2.Dolce 8’
3. Bourdon 8’ 3. Cor de chamois 8’ (nouveau)
4. Flûte 8’ 4. Flûte 4’
5. Viole de gambe 8’ 5. Fugara 4’
6. Prestant 4’ 6. Cornet II-III
7. Flûte 4’ 7. Basson-hautbois 8’
8. Doublette 2’ 8. Voix humaine 8’
9. Nasard 2 2/3 (nouveau) Pédale
10. Fourniture IV-VI rangs 1. Violon 16’
11. Cornet V (à partir de Cis 3) 2. Soubasse 16’
12. Trompette 16’ 3. Flûte 8’
13. Trompette 8’ 4. Bourdon 8’ (nouveau)
14. Clairon 4’ 5. Bombarde 16’
15. Bombarde 16’ 6. Trompette 8’
Positif 7. Clairon 4’
1. Bourdon 16’ Accouplements par cuillers
2. Montre 8’ -Tonnerre
3. Bourdon 8’ -Tirasse G.O.
4. Salicional 8’ -Tirasse Pos.
5. Voix céleste 8’ (à partir de C2) -Tirasse Récit
6. Prestant 4’ -Pos. au G.O
7. Flûte traversière 4’ -G.O. à la machine
8. Flageolet 2’ -Récit au G.O.
9. Plein jeu III - Appel des anches, cornet,fourniture du G.O.
10. Trompette 8’
11. Euphone 8’
- Expression (boîte ouverte par cuiller)
- Trémolo.